MON PÈRE AVAIT UNE VIGNE ...                             IL ALLAIT LA TAILLER,                                                   JE L’ AIDAIS À L’ ATTACHER….

… /... Les souvenirs reviennent vite, parfois la douleur de journées passées la pioche en main, souvent l’euphorie des vendanges, les repas festifs à la vigne, pépé éméché au pressoir, les copains qui aident et qui rigolent…

 Y’a guère de famille forézienne qui n’ont eu leur vigne ou fait leur vin".

Dans le Forez, partout la vigne poussait, sous les clochers, entre les murs des clos de pisé, au pied des loges, sur la treille dans la cour de la ferme.

Le vin se vendait aux bistrots, les cafetiers achetaient des tonneaux.

Puis le vignoble s’est amenuisé, ruiné par les pestes que sont le mildiou et le phylloxéra et privé de ses travailleurs par deux guerres mortelles.

Etre vigneron en Forez aujourd’hui c’est faire revivre le meilleur de ce passé et miser  sur la modernité. C’est profiter d’un bel espace de liberté, où l’on peut à la fois s’appliquer à perpétuer la tradition du vin d’appellation Côtes du Forez, tout en inventant d’autres vins par le biais de cépages ou de recettes atypiques.

Bienvenue sur notre site… qui se veut être la vitrine de notre savoir faire, et aussi le reflet de notre Forez, de ces paysages et de ces villages vignerons.